Le site de Jean-Noël Jeanneney

Ce site est celui d’un universitaire français qui a toujours organisé ses recherches, ses curiosités, ses responsabilités politiques à partir de sa vocation d’historien. N’en déplaise aux esprits chagrins ou aux inquiétudes légitimes, l’Histoire conserve une place privilégiée dans le cœur et dans l’esprit de nos compatriotes. C’est pourquoi la servir est une telle chance et souvent un tel bonheur.

La faute à Clemenceau ?

31 octobre 2008

Le Nouvel Observateur « L’Histoire en procès » Hors série, 31 octobre 2008

Clemenceau, l’impétueux, le vaillant, l’insubmersible, fut exempt du narcissisme naturel qui pousse d’ordinaire les grands fauves de la politique, à se charger eux-mêmes de raconter leur histoire, à toutes fins utiles (et parfois futiles…). Jusqu’à l’extrême fin de sa vieillesse, il resta tourné vers l’avenir, ses nouvelles amours, son souci de soutenir Claude Monet et d’installer ses Nymphéas à l’Orangerie, ses voyages dans des terres lointaines, sa volonté d’apprendre encore et toujours – et par là détourné d’écrire des mémoires pour lesquels les éditeurs, notamment américains, lui offraient un pont d’or. (…)

Ratapoil

31 octobre 2008

Cahiers Daumier, Numéro spécial Bicentenaire, octobre 2008

Ratapoil, ah Ratapoil ! La curiosité le scrute, le civisme le préserve, la mémoire l’entretient. Il est de ces quelques figures qui, sorties non du ventre d’une mère mais du crayon d’un artiste, s’installent avec quelque chose comme une évidence dans la sensibilité d’une époque dont, bien mieux que de lourds manuels, ils savent exprimer l’essentiel. (…)

Georges Clemenceau – Correspondance (1858 – 1929)

16 octobre 2008

Coll. “Bouquins”, Paris, Robert Laffont, 2008

Édition établie et annotée par Sylvie Brodziak et Jean-Noël Jeanneney

Voici l’intimité d’un grand homme. Son rôle au centre de notre histoire, du Second Empire aux Années folles, et sa figure de Père la Victoire, en 1918, l’ont figé dans la brutalité de ses combats, loin de la richesse de ses sentiments et de ses fidélités. La correspondance de Clemenceau éclaire beaucoup d’événements tels qu’ils se lisent dans le regard d’un acteur et d’un observateur capital. (…)

Les chausse-trapes de la réforme de l’audiovisuel

26 septembre 2008

Mediapart, le 26 septembre 2008

Le «projet de loi portant modernisation du secteur public de la communication audiovisuelle», dont Mediapart avait révélé ici la teneur, est surveillé comme le lait sur le feu par l'Elysée, qui a décidé de le retoucher in extremis avant avis du Conseil d'Etat, bouleversant ainsi le calendrier annoncé la semaine dernière. La présentation du texte au conseil des ministres serait programmée non plus le 8 mais le 22 octobre, ce qui repousserait à novembre l'examen à l'Assemblée nationale et à début décembre au Sénat, pour une application toujours prévue aux premiers jours de l'an 2009. (…)

« Le Val d’Oise fête la République »

16 septembre 2008

Préface

Ne laissons pas s’affadir Marianne. La donner à voir sous les traits harmonieux de Brigitte Bardot, de Catherine Deneuve ou de Laetitia Casta : qui donc, à moins d’avoir un esprit chagrin, s’en offusquerait ? Prenons garde pourtant à ne pas laisser se diluer dans un consensus mou, sur les monuments de nos places publiques, au fronton de nos mairies et dans les salles des mariages, l’énergie combattante de la République, celle que nos ancêtres statufiaient si bien quand ils fixaient, sous les lauriers ou le bonnet phrygien, la vigueur d’un regard conquérant et farouche. (…)

Digitization of knowledge with a critical spirit

1 août 2008

Interview par Gerlinde Schuller

In Gerlinde Schuller, Designing universal knowledge, Lars Müller Publishers, août 2008

Mr. Jeanneney, in 2005 you published the book ‘Google and the myth of universal knowledge’. How do you define ‘universal knowledge’ and what is so mystical about it in regard to Google?

The title in French actually translates ‘When Google challenges Europe”, but I accepted this title proposal of my American publisher very eagerly and with pleasure. Universal knowledge is the inheritage of the culture of humanity.

La citoyenneté, ça ne veut pas dire l’agrégation de consommateurs !

6 juin 2008

Le 6 juin 2008, entretien en vue des 2e états généraux de l'Europe le 21 juin à Lyon, où Jean-Noël Jeanneney anime le café littéraire.

>> voir la vidéo

Faut-il un secteur public sur la toile?

28 mai 2008

Entretien avec Jean-Noël Jeanneney

In Xavier Greffe et Nathalie Sonnac, Web culture, Création, contenus, économie numérique, Dalloz, 2008.

Faut-il un domaine public dans le champ du numérique culturel et médiatique?

Assurément! Et ne me dites pas que surnagent dans la seule France dite colbertiste de vieux restes en forme de buttes-témoins de modes d’organisation des sociétés que la modernité auraient ratiboisés. Il s’agit d’avenir, et du monde entier. Un signe parmi bien d’autres, qui m’a forcément frappé : plaidant, depuis la BNF, à partir de 2005, pour une bibliothèque numérique européenne qui fonde son efficacité sur l’expérience, sur la sagesse, sur l’autorité intellectuelle et civique d’institutions publiques en face de Google fonctionnant (actuellement, car cette entreprise  est née de subsides universitaires) sur le seul profit commercial grâce à la publicité, j’ai suscité un écho bien au-delà de nos frontières, tout autour de la planète, dont je demeure sidéré. (…)

The civic responsibilities of historians

29 avril 2008

Intervention à l'Université de Melbourne, le 29 avril 2008

Repris dans Agora (2008, no.4 vol. 43), la publication de l'Association des professeurs d'histoire de Victoria, Australie.

>> retrouvez l'intervention en français

Ladies and gentlemen, I am honoured to have been invited to give this lecture, and by way of setting it in a suitably elevated context, I want to begin with some striking remarks made by Chateaubriand about Napoleon. They were published in the newspaper, Le Mercure, on the 4th of July 1807. (…)

Concordance des temps, dialogues radiophoniques

1 janvier 2008

t. 2, La Guerre dans tous ses états

Paris, Nouveau monde éditions, 2008.

Les guerres sont aujourd'hui plus que jamais présentes sur notre planète. Un rapport récent publié par l'université d'Oxford en dénombre plus d'une soixantaine. Depuis la suspension des affrontements dans les Balkans, l'Europe paraît épargnée, après des siècles de douleurs. Mais ailleurs les armes continuent de parler. Les rapprochements avec les précédents conflits permettent de mettre en perspective ceux qui font rage autour de la Terre, leurs déclenchements, les formes qu'ils prennent, les sentiments qu'ils exaltent, les instincts qu'ils débrident, ainsi que les traces qu'ils laissent après eux. (…)