logoanimation
Jean-Noël Jeanneney

Des historiens lancent un appel pour sauver l’Hôtel de la Marine

Des historiens ont lancé un appel au président de la République afin qu’il ne «brade» pas l’Hôtel de la Marine.

L’écrivain Régis Debray et six historiens dont Pierre Nora, Jacques Le Goff et Jean-Noël Jeanneney, ont lancé un appel au président de la République afin qu’il ne «brade» pas l’Hôtel de la Marine, «lieu chargé d’histoire» situé place de la Concorde à Paris. Alain Decaux, Mona Ozouf et Michel Winock sont les autres signataires de cet appel collectif publié dans Le Monde daté de mardi sous le titre «Sauvons l’Hôtel de la Marine». «La France ne perd pas sa mémoire, elle la vend», estiment ces personnalités.

«Quiconque éprouve encore un minimum de respect pour le passé national, pour les pierre chargées de symboles et d’une histoire qui touche tous les Français, ne peut qu’être révulsé à l’idée que l’Hôtel de la Marine soit alloué le 17 janvier (demain!) sans protestation aucune, affermé, disons le mot aliéné à un groupe financier international Alexandre Allard pour, derrière la façade inchangée, en faire un Barnum commercial assorti de suites de luxe», écrivent les signataires. «Et que ce soit un ancien ministre de la Culture qui, devenu salarié d’un "rénovateur" d’hôtels, facilite auprès des politiques la réalisation juteuse d’un projet si évidemment contraire à l’intérêt général, cela lève le coeur», ajoutent-ils.

Ils font référence à l’ancien ministre (UMP) de la Culture Renaud Donnedieu de Vabres, conseiller de l’homme d’affaires Alexandre Allard «pour le développement, la stratégie et la culture». «On veut faire une Maison de l’Histoire de France parce que, paraît-il, la France perd sa mémoire», relèvent ces historiens dont plusieurs ont exprimé publiquement leur hostilité à ce projet présidentiel. «Mais on liquide en même temps une maison qui est, à sa manière, une leçon d’histoire de France. La France ne perd pas sa mémoire, elle la vend», poursuivent-ils.

Les signataires demandent au chef de l’Etat de «prendre toutes les mesures d’urgence nécessaires pour arrêter» ce qui serait «une faute». L’Hôtel de la Marine, prestigieux hôtel particulier du XVIIIème siècle appartenant à l’Etat, est sur le point d’être loué pour une très longue durée (60 à 80 ans). Il est actuellement occupé par l’Etat-major de la Marine qui doit le quitter fin 2014 pour rejoindre le quartier Balard, dans le XVème arrondissement de Paris. La date-limite pour recevoir les candidatures à l’appel à projets concernant«l’occupation, la mise en valeur et l’exploitation» de l’Hôtel de la Marine, est fixée au 17 janvier. Mais elle pourrait être reculée.

(Source AFP)

 
Europe
Europe